BIEN-ETRE

Couverture sanitaire universelle au Bénin: les résultats d’une recherche exploratoire du CERRHUD débattus

( words)

Le Centre de recherche en reproduction humaine et en démographie a organisé, vendredi 23 avril 2021 à Cotonou, un atelier de restitution des résultats d'une recherche exploratoire sur la couverture sanitaire universelle au Bénin.

bSéance d'échange 

Le CERRHUD accompagne le Bénin et plusieurs pays de la sous-région dans leurs efforts pour atteindre la Couverture sanitaire universelle (CSU). Cette dernière consiste à assurer à toute la population l’accès à des soins de qualité. Le vendredi 23 avril 2021, le centre a animé un atelier à Cotonou pour la restitution d’une étude visant à contribuer à la CSU au Bénin. Il s’agit d’un atelier de restitution des résultats d’une étude intitulée : « Economie politique de la couverture sanitaire universelle (CSU) : recueillir les points de vue des parties prenantes et soutenir l’engagement ».

L’activité entre dans le cadre d’un projet financé par la ‘’National institute for health research’’ (NIHR). Ce projet, apprend Dr Jean-Paul Dossou, directeur du CERRHUD, « vise à construire un partenariat solide, efficace et équitable pour soutenir les progrès vers la CSU en Afrique de l’Ouest francophone, en utilisant une approche d’analyse de l’économie politique ».

Etat des lieux de l’AEP

La recherche conduite par le CERRHUD avait pour objectif primaire d’explorer la compréhension que les détenteurs d’enjeux et d’influence de la CSU au Bénin ont de la méthodologie de l’Analyse de l’économie politique (AEP). Elle visait aussi à déterminer les défis rencontrés s dans le processus CSU au Bénin auxquels la méthodologie d’AEP pouvait apporter des approches de solutions.

Directrice adjointe du CERRHUD, Dr Kéfilath Bello a expliqué que cette nouvelle approche (l’AEP) permet d’analyser  « comment les intérêts, les idées, les pouvoirs et les différentes positions des acteurs peuvent influencer positivement ou négativement la mise en œuvre des politiques pour la CSU ».

En évoquant l’étude du CERRHUD, le médecin de santé publique apprend, qu’elle a été effectuée avec plusieurs personnes provenant de secteurs divers occupant divers postes de responsabilité dans le domaine de la CSU.

« A l’issue des entretiens avec ces personnes, nous avons d’abord constaté que les détenteurs d’enjeux et d’influence avaient une bonne connaissance de la couverture sanitaire universelle. Ils étaient assez bien conscient des défis qu’il y a dans la marche vers la couverture sanitaire universelle », a indiqué Kéfilath Bello.

« Mais nous avons remarqué que la plupart des acteurs se focalisaient sur les défis techniques alors qu’il y a d’autres défis qui sont des défis plutôt d’ordre politique, idéologique ou structurel qui entravent la marche vers la couverture sanitaire universelle », a-t-elle poursuivi.

Cette étude du CERRHUD, a informé Dr Bello, a montré qu’il y a plusieurs défis non techniques qui peuvent être résolus avec la méthodologie de l’analyse de l’économie politique pour soutenir les efforts du Bénin pour la CSU. C’est le cas par exemple des crises de confiance qui minent parfois les relations entre les détenteurs d’enjeux et d’influence ou encore de l’influence du contexte (national et international) sur l’efficacité des politiques et réformes pour la CSU.

Echanges et perspectives

Une trentaine de personnes, venus de secteurs différents et travaillant pour la CSU au Bénin, ont participé à cet atelier. Parmi ces participants figurent des prestataires du secteur public et du privé, des représentants de la société civile, des professionnels des médias et des partenaires techniques et financiers. Les participants ont reconnu la pertinence de l’AEP dans le contexte béninois et ils ont formulé leurs questions prioritaires de recherche en matière d’analyse de l’économie politique pour la CSU. Ils ont, à l’occasion, acté la création d’un creuset d’échange et de partage d’information.

Les travaux ont pris fin sur une note de satisfaction. « L’objectif est largement atteint », a déclaré la directrice adjointe du CERRHUD. Pour elle, les participants à l’atelier « ont vraiment contribué. Ils n’ont pas eu la langue de bois ». « La suite logique de cette activité, c’est de venir, en tant que chercheurs, avec des propositions de recherche basées sur les travaux d’aujourd’hui. Nous retiendrons ensuite avec les participants et les autres parties prenantes les thématiques prioritaires sur lesquelles nous travaillerons ensemble », a renseigné Dr Kéfilath Bello.

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...