BIEN-ETRE

Paludisme en Afrique: le vaccin RTS,S est l’espoir selon Franz Okey

( words)

Le paludisme est une maladie qui sévit assez sur le continent africain. La lutte contre cette épidémie s’est longtemps reposée sur la sensibilisation en raison de l’absence de vaccin. Toutefois, des avancées ont été enregistrées avec le RTS,S selon Rfi. Bien que les études se poursuivent, le chargé de plaidoyer de Speak Up Africa Franz Okey a confié à un atelier samedi 5 juin 2021 que ce vaccin est porteur d’espoir sous réserve de validation de l’OMS. 

franz-okey

Franz Okey, chargé de plaidoyer du Speak Up Africa

 

Samedi 5 juin 2021, les OSCs du Bénin se sont réunis au siège de l’association Via Me pour le lancement de la campagne #EnMarcheVersKigali. A cet atelier, le chargé de plaidoyer de l’institution Speak Up Africa est revenu sur des préoccupations majeures dans la lutte et le traitement du paludisme.

RTS,S, l’espoir tant attendu

Dans un contexte où les travaux se poursuivent pour découvrir un vaccin contre l’épidémie, le RTS,S s’est révélé efficace à 39% chez les enfants atteints d’une forme simple et 29% chez ceux atteints d’une forme plus grave selon Rfi. Franz Okey, représentant de Speak Up Africa a affirmé que le vaccin RTS,S apporte de l’espoir dans l’éradication du paludisme. La maladie a causé 3234 décès pour 2 515 038 cas en 2019 selon l’annuaire des statistiques de la santé du Bénin.

En avril 2021, le chargé des vaccinations de l’OMS au Ghana Fred Osei-Sarpong avait confié à Rfi que le RTS,S affiche un bilan positif et que « le défi est maintenant de voir comment nous pourrons administrer les quatre doses aux enfants. Au Ghana, nous avons mis en place un registre de vaccinations pour s’assurer que tout enfant ayant reçu une première dose reçoive les trois injections suivantes. ». Bien qu’il faille attendre la fin de l’année 2021 pour être situé sur une confirmation de l’OMS concernant l’efficacité certaine du RTS,S, les experts s’accordent sur le RTS,S désormais porteur d’espoir.

Des recommandations sur les traitements traditionnels à base de plantes

L’atelier a servi de cadre pour évoquer toutes les préoccupations liées au paludisme, précisément son traitement. En Afrique, plus précisément au Bénin, la médecine traditionnelle garde toute sa place dans la culture et les us. Essentiellement basée sur les plantes, elle est utilisée pour le traitement de plusieurs maux dont le paludisme. A cet effet, sur la question de savoir s’il faut se fier aux plantes dans le traitement de l’épidémie, le représentant de Speak Up Africa a formulé des réserves et des recommandations.

Entre autres, il a évoqué les risques liés au dosage des différents traitements, l’homologation des traitements et la certification des différents tradipraticiens qui demeurent des défis pour la médecine traditionnelle. Cela étant, Franz Okey recommande de faire très attention dans les traitements traditionnels à base de plante et toujours recourir aux centres de santé en cas de problème de santé. 

« Par ailleurs, il est important de renforcer la sensibilisation auprès des populations afin de s'assurer que les gens dorment sous moustiquaires imprégnées », ajoute le chargé de plaidoyer de Speak Up Africa. Aujourd'hui, reste-t-il convaincu, « le plus grand défi reste la mobilisation de ressources domestiques afin de faire progresser les efforts vers l'élimination du Paludisme ».

En juin 2021, 10 pays africains dont le Bénin se réuniront à Kigali au Rwanda pour définir des stratégies d’orientation et de lutte contre le paludisme. Pour influencer les décisions qui seront prises à ce sommet, 75 organisations de la société civile béninoise s’unissent pour des plaidoyers afin d’influencer les décisions qui seront prises au sommet des chefs d’État à Kigali.

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...