CULTURE

Festival international d’histoire d’Aného : nouvelles couleurs et articulations du rendez-vous annuel de l’ex-capitale du Togo

( words)

Le Festival international d’histoire d’Aného (FIHA) qui fait peau neuve après une interruption en raison de la Covid-19, se tiendra du 6 au 9 octobre 2022. L’annonce a été faite à la faveur d’une conférence de presse mercredi 13 juillet 2022.

ganiou-soglo-deces-rosine-sogloVue partielle du présidium au lancement du festival le 13 juillet 2022

Aného renoue avec son Festival international. Interrompu en raison de la pandémie de la Covid-19, le festival international d’Aného reprend vie. Du 6 au 9 octobre prochain se tiendra une nouvelle édition du festival. Pour cette édition de reprise, la Fondation Aquereburu & Partners, structure organisatrice, a décidé de donner une touche particulière au festival. A commencer par la dénomination du festival. Le festival se dénomme dorénavant « Festival international d’histoire d’Aného (FIHA) ». L’objectif, a dévoilé Florent Tiassou, coordonnateur du comité d’organisation, est de faire de la ville « tricentenaire », un lieu de rendez-vous annuel pour tous, un lieu d’ouverture sur le monde, une grande université à ciel ouvert. Pour ce faire, des innovations ont été également apportées dans le contenu.

Un colloque international

A côté des activités artistiques et culturelles, sera organisé un colloque scientifique. Les réflexions au colloque vont se mener autour du thème : « Les eaux ». Selon Professeur Essohanam Batchana, enseignant-chercheur à l’Université de Lomé et représentant du comité scientifique du colloque, le thème est particulier. « Si la ville d’Aného pouvait s’identifier à l’Egypte, on dirait que la ville d’Aného ne pourrait pas exister sans ses eaux comme l’Egypte ne pourrait pas exister sans le Nil », a expliqué Professeur Batchana. « On va célébrer la ville mais aussi ses hommes autour de ce qu’elle a de plus cher : l’eau », a ajouté l’enseignant-chercheur.

Aného, ville appelée togolaise autrefois « petit Popo » a un relief bâti autour de l’eau : l’océan, l’embouchure, les fleuves, les lacs, les rivières. « Mais que faisons-nous de cette eau que Dieu a offert à la ville d’Aného comme une bénédiction ? (…) Comment la gère-t-on dans un contexte de changement climatique ? Comment concilier eau et développement ? » sont, à en croire Professeur Batchana, autant de questions qui seront débattues lors du colloque.

Le colloque est prévu pour se tenir le 5 octobre 2022 dans la ville d’Aného. Sont attendus au colloque, outre les chercheurs togolais, des conférenciers béninois, français, ivoiriens, burkinabè. Seront également associés aux réflexions, des acteurs de la société civile a confié Professeur Batchana.

Un concours national, mais pas que

Pour meubler ce festival de la ville d’Aného, deux fois capitale du Togo par le passé (1886 à 1897 et 1914 à 1919), un concours national d’arts est lancé. Professeur Guy Missodey a justifié l’initiation du concours national par le fait qu’Aného est une « ville inspiratrice ». L’homme des lettres apprend que la ville est présente dans plusieurs productions littéraires. Pour l’édition 2022, le concours est ouvert dans quatre catégories :  littérature, numérique, musique et arts. Les candidats doivent produire une création portant sur le thème du festival. Outre le concours et le colloque international, des conférences et tables rondes ainsi que des masterclass sont prévues. Il y aussi des pré-évènements, apprend le coordonnateur du comité d’organisation. Le président du département d’Yvelines en France est attendu à Aného à partir du 25 septembre 2022 où il procédera au lancement d’une série de pré-événements dont un tournoi féminin de football, un tournoi de beach-volley, une course de pirogue. Des visites de palais royaux d’Aného, des découvertes, notamment du « Yêkê Yêkê » et du Fâ sont également au programme. Des actions humanitaires dont une plaidoirie au profit des détenus, des consultations médicales et ophtalmologiques vont être menées.

Il est prévu des moments festifs notamment des concerts avec des artistes locaux mais également des artistes de renom comme King Mensah, K-Roll, Toofan, Raphaël Santrinos. Le festival verra prester des artistes de Grand-Popo, ville invitée et des cavaliers de Sokodé, ville associée au FIHA. Entre 5 000 et 10 000 festivaliers sont attendus. « La fête sera belle », promet Florent Tiassou, coordonnateur du comité d’organisation qui invite les promoteurs et exposants à s’inscrire pour bénéficier de la vitrine qu’offre le festival.

 

A lire aussi ...