ECONOMIE

Bénin: Ecobank lance ''Ellever" pour accompagner les femmes entrepreneures

( words)

La filiale béninoise du groupe panafricain Ecobank a lancé vendredi 02 avril 2021 à Cotonou le programme « Ellever » en faveur des femmes entrepreneures au Bénin. L’objectif de ce programme est de permettre aux femmes entrepreneures d’accéder facilement aux financements.

La direction d'Ecobank Bénin

Un nouveau programme de la banque panafricaine Ecobank au profit des femmes entrepreneures.  Dénommé « Ellever », le nouveau programme d’Ecobank a été lancé vendredi 02 avril 2021 à Cotonou.  Axé sur la promotion de la gente féminine, le programme « Ellever » est conçu pour faciliter la tâche aux femmes africaines et béninoises qui font leurs preuves dans le monde entrepreneurial.

Une cinquantaine de femmes entrepreneures béninoises de divers secteurs d’activités ont pris part au lancement de ce programme.  « L’objectif fondamental du groupe Ecobank est de contribuer au développement économique et social du continent africain. Ainsi donc, l’autonomisation des femmes entrepreneures et des entreprises axées sur les femmes contribuera à atteindre cet objectif. C’est la raison d’être du programme », Eunice Loisel, directrice de la banque commerciale chez Ecobank Bénin, s’exprimant au nom du Directeur Général d’Ecobank Bénin.

La directrice de la banque commerciale à Ecobank Bénin souligne qu’en 2020, les statistiques démographiques ont montré que les femmes constituent 50,4% de la population en Afrique et 50, 016% au Bénin. Mais bien que représentant des ressources économiques massives, elles sont malheureusement confrontées à de nombreuses inégalités entre sexes dans l’éducation, la santé, l’inclusion financière et la participation politique, fait remarquer Eunice Loisel.  Le programme « Ellever » est donc conçu pour réduire ces inégalités notamment dans le domaine de l’entrepreneuriat.

Solution à l’accès au financement des femmes entrepreneures

Selon Eunice Loisel, il est important que des efforts sensibles soient faits pour  mettre à contribution la gente féminine au Bénin. Aujourd’hui en Afrique, les PME  sont les principaux moteurs d’emploi et représentent plus de 90% des entreprises hors le secteur de l’agriculture. Les femmes détiennent un tiers des PME enregistrées.

Elle affirme qu’Ecobank considère qu’il est important de se concentrer sur « le potentiel largement inexploité » des entreprises détenues ou dirigées par des femmes et qui peuvent jouer un rôle déterminant dans le développement économique, la création d’emploi et de richesse en Afrique. « Ces entreprises dirigées par des femmes sont susceptibles d’être plus disciplinées financièrement et moins exposées aux risques d’impayés de frais », fait savoir la directrice de la banque commerciale chez Ecobank Bénin.

Image

Pour atteindre leurs pleins potentiels, les PME dirigées par des femmes, à en croire Eunice Loisel, ont besoin d’être véritablement accompagnées comme des citoyens économiques à part entière. Dans ce sens, le programme « Ellever » est la bienvenue. Il constitue, fait savoir la directrice de la banque commerciale, « une réponse efficace aux besoins urgents et critiques des entreprises dirigées et axées sur les femmes en proposant un ensemble de solution conçue pour aider les entreprises féminines à réussir ».

04 critères pour bénéficier du programme « Ellever »

Le programme Ellever accompagne les femmes entrepreneures dans les 33 pays africains dans lesquels le groupe Ecobank est présent. Selon Yasmine Sefou, la directrice du projet à Ecobank Bénin, le programme ambitionne d’accompagner 30 000 femmes entrepreneures par an. « Une enveloppe financière de 150 millions dollars par année a été consacrée au programme par le groupe Ecobank », précise-t-elle.

Pour bénéficier de ce programme en tant qu’entreprise détenue ou dirigée par des femmes, il faut remplir l’un des quatre critères définis par le groupe Ecobank. Le tout premier critère est l’actionnariat. Il faut que les entreprises disposent au moins de 50% de femmes  parmi les actionnaires.  Pour une entreprise lambda qui a dix actionnaires, si cinq sont des femmes alors cette entreprise est une entreprise « Ellever ». 

Le deuxième critère définit par Ecobank est celui du leadership. Ce critère, souligne Yasmine Sefou, est axé sur le conseil d’administration ou du comité de direction. « Une entreprise peut être créée par un homme ou appartient à un homme par essence, mais si la gestion de cette entreprise se fait avec au moins 20% de femmes au sein du Conseil d’administration ou au niveau du comité de direction. Elle peut bénéficier du programme »

Image

 

La chargée de programme a expliqué que le troisième critère pour bénéficier de ce programme est d’être une entreprise qui emploie au minimum 30% de femmes. « Vous avez parfois des salons de couture qui font des articles pour hommes, mais qui emploient au minimum 30% de femmes dans leur personnel. A ce moment, ces entreprises sont des entreprises « Ellever ». Le quatrième critère est basé sur la consommation, indique Yasmine Sefou.

Au-delà du financement des femmes, le programme Ellever propose également des formations à l’endroit des femmes entrepreneures bénéficiaires. Pour la concrétisation de ces objectifs, Ecobank propose des gammes de produit scindées en deux. Il s’agit de solutions financières personnalisées et des solutions non financières.

L’initiative séduit les femmes entrepreneures présentes

Plusieurs femmes entrepreneures du Bénin ont profité de la présentation du nouveau programme pour poser des questions aux responsables d’Ecobank Bénin. Marie-Reine Ahonnon, responsable de l’entreprise Procuris a salué l’initiative et demandé le taux et la structure des taux bancaires pratiqués par Ecobank dans le cadre du programme Ellever.  Une inquiétude à laquelle Yasmine Sefou, directrice du projet a apporté des éclaircissements. « Ces financements là nous les faisons aujourd’hui à des taux publics fixés par la BCEAO. Cette banque centrale nous oblige déjà à appliquer des taux de base. A vous femmes qui aviez été sélectionnées, nous avons décidé de faire mieux », a-t-elle expliqué.

 

L’accompagnement non-financier des entreprises proposé par le programme Ellever a également intéressé les femmes entrepreneures. Sur ce point la directrice de la Banque commerciale chez Ecobank, Eunice Loisel a détaillé que cet accompagnement se traduira par la formation et le renforcement des entreprises dirigées par des femmes sélectionnées. « Vous aurez accès aux excellents programmes de l’Académie Ecobank, qui visent à apporter aux entreprises des connaissances commerciales essentielles à une meilleure compréhension du marché et une formation au leadership », informe-t-elle.

Ces réponses apportées par les responsables de la filiale béninoise du groupe Ecobank ont particulièrement séduit les femmes entrepreneures présentes. Thomasia Agbodjogbé Houewatonou, directrice générale d'une entreprise de la place ne cache pas son appréciation. « Je suis très émerveillé par ce programme. Je pense que ce programme est fait pour aider la femme africaine à réaliser ses rêves », témoigne-t-elle. Cette femme entrepreneure qui dirige une société d’équipements médicaux affirme qu’elle compte se rapprocher le plus rapidement que possible d’Ecobank pour bénéficier du programme.

Ecobank et ses services digitaux

En marge de la cérémonie de lancement, le responsable en charge des produits digitaux, Mathias Dekadjèvi a présenté les solutions numériques d’Ecobank aux femmes entrepreneures. « Depuis une dizaine d’années, Ecobank a pris l’avance de développer en dehors des produits classiques bancaires que nous connaissons une plateforme unifiée pour mettre à la disposition de nos clients dans les 33 pays, les produits digitaux », a-t-il déclaré.

Parmi ces produits digitaux, ce responsable d’Ecobank a exposé Omni Lite, EcobankPay et autres. Selon ce responsable, le produit Omni Lite est une plateforme de banque en ligne dont le but est de permettre aux entreprise de réaliser les  transactions bancaires, de payer leurs clients et salariés.

Quant au service EcobankPay, Mathias Dekadjèvi fait remarquer qu’il s’agit d’une application mobile qui permet aux clients du groupe bancaire d’encaisser leurs paiements et de développer leurs activités. Cette application, précise-t-il, facilite aux clients des paiements simples à l’aide des codes QR ou USSD.

 

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...