ECONOMIE

Bénin : la Zone Industrielle de Glo-Djigbé prend corps

( words)

Le ministre d’Etat, Abdoulaye Bio Tchané a effectué, mercredi 29 juin 2022, une nouvelle descente sur la Zone industrielle de Glo-Djigbé. Il est allé s’enquérir de l’évolution des travaux et fait le point des problèmes qui émergent.

visite-gdiz-tchane-photo-famillePhoto de famille avec le ministre d'Etat, Abdoulaye Bio Tchané et les Directeurs généraux de la SIPI Bénin SA et de l'APIEx et autres responsables de la Zone industrielle de Glo-Djigbé ce mercredi 29 juin 2022 

La première phase de la Zone industrielle de Glo-Djigbé est presque achevée. Le ministre d’Etat chargé du Plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané a pu le constater lors de sa descente de ce mercredi 29 juin 2022. Cette visite de la zone a débuté par une séance de travail. Au cours de cette séance, le Directeur général de l'Agence de promotion des investissements et des exportations (APIEx), Laurent Gangbès a montré le bien fondé de la visite du ministre. Il a salué la démarche du ministre qui est venu voir l’avancement des travaux malgré la période de pluie qui rend difficile l’évolution.

Il a remercié le ministre pour son engagement. Il a relevé que depuis que le ministre d’Etat a instauré cette visite et grâce à ses actions, les travaux ont connu d’énormes progrès. « Vos visites sont, pour nous, des points d’étapes. A chaque fois que vous faites une visite ici, ça nous donne de la motivation supplémentaire pour avancer », a insisté Laurent Gangbès

400 hectares prennent vie

Le directeur général (Dg) de la Société d'investissement et de promotion de l'industrie (SIPI-Bénin SA), Létondji Beheton s’est chargé de présenter le point des travaux de la Zone Industrielle de Glo Djigbé (GDIZ). Selon lui, la zone est aujourd’hui en plein développement. « Nous avons engagé les travaux, il y a quelques mois. Et aujourd’hui, nous sommes heureux de vous dire que nous sommes pratiquement à 100 % d’achèvement en ce qui concerne les travaux sur la première phase de 400 hectares », a informé le Dg de la SIPI-Bénin SA. L’entrée principale de la zone et la caserne des pompiers sont  achevées. Tous les réseaux de routes sont terminés.

Le bâtiment du guichet unique est toujours en cours de construction, avec un taux d'avancement de 68%. La réalisation des égouts, les différents réseaux de distributions d’eau, les lampadaires géants qui sont sur la zone sont terminés. Les réseaux de transmission aériens de 20 KV sont également achevés. Cent mille mètres carrés d’entrepôts sont en cours de réalisation dont vingt-huit mille mètres carrés sont totalement achevés. Le taux d'achèvement à ce niveau est de 65%. 

Côté approvisonnement en eau, un réservoir d’eau d’un million de litres est achevé et un autre de trois millions de litres en construction.

Les 400 hectares sont complètement clôturés. Les centres de formation au métier du textile sont à 85 % de taux d’achèvement. L’un de ces centres est déjà fonctionnel avec des stagiaires en formation. Le réseau de fibre optique est déjà achevé. Un certain nombre d'unités de production de noix de cajou sont en cours de construction. Une dizaine d'usines de noix de cajou vont s’installer. Selon Létondji Beheton, entre maintenant et les 12 prochains mois, huit usines seront installées dans la zone dont deux d’une capacité de 32 milles tonnes chacune et six autres d’une capacité de 16 milles tonnes chacune. « Nous aurons à peu près 160 milles tonnes de capacité de transformation de noix de cajou installées dans la zone », précise-t-il.        

32 investisseurs déjà...

En ce qui concerne le point des réservations de parcelles, le Dg de la SIPI Bénin a fait savoir que 32 investisseurs y ont réservé. Ils ont déjà payé les cautions de réservation et sont dans le processus d’obtention de leur agrément temporaire d’admission dans la zone. « Certains l’ont déjà obtenu », a précisé Létondji Beheton. Il y en a qui sont dans la transformation agro-alimentaire, dans les matériaux de construction, dans les emballages, dans le montage électronique, dans l’industrie pharmaceutique et dans l’industrie automobile. Des investisseurs sont encore en attente.   

Des procédures en cours

La séance a été aussi l’occasion de présenter au ministre les procédures en cours. Selon le Dg de la SIPI Bénin SA, le décret sur l’obtention des certificats de conformité environnementale dans la zone n’a pas encore été pris. De même que le décret sur les conditions d’obtention des permis de construire dans la zone. Il y a aussi la validation de la nouvelle procédure simplifiée d’obtention des cartes de séjour (permis de résidence). A ce niveau, le ministre a donné des instructions pour que les diligences soient faites pour régler ces situations.    

visite-entrepots-cajou-gdiz-tchaneLe ministre d'Etat, Abdoulaye Bion Tchané à l'entrepôt de noix de cajou de la Zone industrielle de Glo-Djigbé ce mercerdi 29 juin 2022

Synergie d’actions et anticipation

Selon le Dg APIEx, il faut réfléchir à comment faire pour que, une entreprise qui bénéficie des régimes spécifiques au sein de la zone puisse fonctionner avec des unités qui ne sont pas dans la zone. Il a aussi indiqué qu’il y a une file d’industriels qui attend. Mais, la SIPI Bénin SA n’est pas, aujourd’hui en mesure de mettre à leur disposition des parcelles. Ces industriels sont obligés d’attendre l’engagement de la deuxième et troisième phase. La difficulté, selon lui, va être d’accélérer la mise à disposition du foncier des deuxième et troisième phases.

Laurent Gangbès a renseigné que 350 stagiaires sont actuellement sur le site et éprouvent des difficultés pour la restauration et pour dormir. Ils se posent donc les problèmes de logement et de restauration qui vont s’accentuer avec les installations des usines.

Aussi, dans 18 mois, entre 400 et 600 camions supplémentaires vont emprunter la route inter-Etat Cotonou-Niger. Car, au Port autonome de Cotonou, les réformes sont en cours. Donc, la fluidité de la circulation va poser problème. Ensemble avec le ministre, il a été convenu de travailler en synergie pour mettre en œuvre des actions afin de lever tous les éléments de blocage et d’anticiper sur certaines situations.   

Satisfaction et des assurances

Le ministre d’Etat chargé du Plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané a demandé aux deux directeurs généraux de lister les problèmes. Ce qui va permettre qu’un travail de synergie soit fait avec toutes les structures d’Etat et de privé dont les activités vont les unes avec les autres. Il a proposé par exemple une synergie d’actions entre la SIPI Bénin, les gestionnaires du marché de Glo Djigbé et le Port autonome de Cotonou. 

Après la séance de travail, le ministre a eu droit à une visite guidée de la GDIZ avec arrêt au parc textile en construction, à l’entrepôt de noix de cajou et aux ateliers de formation au métier du textile. Le ministre a pu voir les stagiaires en formation en plein exercice.

Après cette visite, le ministre d’Etat s’est dit satisfait de voir que la zone prend déjà vie. Il a félicité la SIPI Bénin SA et l’APiex. Il a relevé qu’il y a de nouveaux problèmes qui émergent. Mais, il va aider pour y trouver des solutions.

A lire aussi ...