ECONOMIE

Zone industrielle de Glo Djigbé : plusieurs pays africains s’imprègnent du modèle béninois

( words)

Des délégations de certains pays de l’Afrique ont visité, mercredi 21 septembre 2022, la Zone économique de Glo Djigbé (GDIZ). Elles sont venues prendre connaissance de l’expérience béninoise pour installer aussi leurs zones industrielles.

visite-delegations-3-pays-africains-gdizLes émissaires du Niger, du Tchad et de la Guinée à la salle de marquette de la Zone économique de Glo Djigbé (GDIZ) ce mercredi 21 septembre 2022

Le Niger, le Tchad et la Guinée à la découverte de la Zone économique de Glo Djigbé (GDIZ). L’équipe de la Société d’investissements et de promotion de l’industrie (SIPI Bénin SA) a reçu, mercredi 21 septembre 2022, des délégations de trois pays africains. Elles sont venues au Bénin pour voir et comprendre ce qui se met en place à la Zone économique de Glo Djigbé (GDIZ).

Amadou Allahoury, ministre, conseiller spécial du président et Responsable du programme Niger Agricoles, Amirou Malam Zaneidou, ex-ministre de l'Industrie, Conseiller spécial du président nigérien et Ibrahim Gourouza Magagi, Consultant, représentant du Niger au Nepad à Johannesburg composent la délégation du Niger.

Celle de la Guinée est composée de Balla Mamady Camara, Directeur national de l'Industrie et ministère de l'Industrie et de Koly Kone, Directeur général adjoint de l’Agence d'aménagement de gestion des parcs industriels (AGESPI). Le Tchad n’a envoyé qu’un ancien ministre, Amadou Adoum Forteye.

Après la découverte de la maquette de la GDIZ, les différentes délégations ont été entretenues sur le modèle béninois. Le directeur général de l’Agence de promotion des investissements et des exportations (APIEx), Laurent Gangbès a précisé que l’approche du Bénin est basée sur l’emploi et la qualification des jeunes. Selon lui, la GDIZ a été imaginée par rapport aux avantages du Bénin. Le développement de la zone s’est appuyé sur les matières premières que le Bénin produit (coton, noix de cajou, soja, karité…).

Il a relevé que Zone économique de Glo Djigbé est la plus vaste de l’Afrique. La partie en cours d’exploitation s’étend sur 1642 hectares répartis en trois phases. L’aménagement des 400 hectares de la première phase est terminé.

Les parcelles sont déjà réservées par 36 investisseurs et certaines usines sont déjà en cours d’installation. Le développement de cette première phase a été rapide et a surpris. La deuxième phase de 400 hectares a été enclenchée puisque 16 investisseurs sont en attente.

Après cette présentation, il y a eu une séance de questions-réponses. Amadou Allahoury, ministre, conseiller spécial du président du Niger a informé que son pays est en train de penser sa zone. Et, quels ont été les éléments de compétitivité qui ont permis de faire venir les investisseurs ? Laurent Gangbès a donné, entre autres, quatre éléments. Il y a la qualité de la main-d'œuvre.

C’est d’ailleurs pourquoi, le Bénin a ouvert dans la zone un centre de formation aux métiers du textile où 6500 jeunes béninois sont en train d’être formés. Il y a aussi l’énergie en qualité, en quantité et à moindre coût, la gouvernance et le cadre légal. Les délégations ont ensuite visité la zone et sont reparties assez renseignées.

   

A lire aussi ...