INVESTIGATION-REPORTAGE

Bénin: Eulodie Hodonou, l’entrepreneure au service de l’économie rurale

( words)

Sa passion, c’est l’agrobusiness et son leitmotiv, le soutien aux femmes rurales, notamment celles qui s’investissent dans l’agriculture. Pour avoir fait le constat de la faible participation des femmes rurales aux rencontres d’opportunités, Eulodie Hodonou a décidé de changer la donne à sa façon en mettant en place Glessi, le magazine qui leurs donne de la visibilité.

Image

Jeune femme intrépide, Eulodie Hodonou nourrit depuis sa tendre enfance le rêve de devenir un leader reconnu dans le monde pour la défense des droits des enfants et surtout des femmes.

Vice-présidente de l'Ong Wap, entendez Women agricultural promotion, une organisation qui favorise le développement inclusif des jeunes et des femmes entrepreneurs agricoles à travers des appuis techniques, elle est aussi la directrice de l'entreprise Glessi, spécialisée dans la communication digitale pour les entreprises agricoles et qui fait la lumière sur les femmes agricoles dans l'espace UEMOA à travers le bimestriel Gléssi.

A travers ses services, elle offre une visibilité aux entreprises agricoles et agroalimentaires à travers le magazine et bien d’autres plateformes. Mentor Awep-Bénin, elle est cheffe projet du Groupement des éducateurs sans frontières (Gref), pour le projet d’autonomisation des femmes maraichères (Groupement Edjromédé) d’Adjarra sis à Drogbo, qui vise à outiller et former les femmes en production biologique et à les accompagner sur toute la chaine de valeur. Elle travaille aussi au sein du Parlement des jeunes pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle du Bénin (PJSAN), en tant que Directrice adjointe de la commission sécurité alimentaire.

Après l'obtention de son baccalauréat D, elle a fait une formation en sciences et techniques agronomiques à l'Institut supérieur agro-pastorale de biotechnologie et de l’environnement (ISAPAB). Pour avoir suivi une formation en agronomie, elle a eu la chance de faire des stages qui lui ont permis de constater qu'en réalité, ce sont les femmes surtout celles des zones rurales, qui se battent plus pour leurs petites familles et pour le développement agricole.

Sur pied déjà à 5h, enfants au dos, bassines sur leurs têtes, houe et coupe-coupe en mains, elles se dirigent vers leurs champs pour effectuer des travaux champêtres et reviennent avec les récoltes. Au retour des champs, elles s'occupent des enfants, et vont dans les marchés pour écouler leurs produits agricoles. Ces femmes reviennent des marchés et doivent s'occuper encore de toute la famille. « Imaginez toutes ces tracasseries. Pourtant la femme même sur son exploitation ploie sous l'autorité de son mari. Elle n'a pas accès aux ressources de base, ni à la technologie, ni à la recherche », déplore Eulodie.

Elle fait remarquer que lorsqu‘il y a des conférences, des événements ou des opportunités dans le domaine agricole pour les femmes en milieu rural, peu d'entre elles sortent, très peu d'entre elles les saisissent. C’est pour changer la donne qu’Eulodie a entrepris des actions afin de faire reconnaître le rôle que jouent les femmes dans l'économie rurale.

C'est ainsi qu'avec son équipe, elle a commencé par accompagner sur fonds propres les femmes rurales par des appuis techniques que sont les formations en normes et qualité, en leadership féminin, en bonnes pratiques agricoles, en bonnes pratiques d'hygiènes etc.

Et pour offrir plus de visibilité et faire la lumière sur les innovations féminines dans le monde rural, elle fait la promotion de ces dernières dans le magazine Gléssi dont l’objectif et la bataille quotidienne sont de donner l'accès à des formations aux femmes, de leur offrir plus de visibilité et montrer au monde ce qu'elles font tout en leurs permettant d'avoir des opportunités.

Tout n’était rose…

Les difficultés ont forgé le parcours de Eulodie Hodonou. « Au début beaucoup n'y croyaient pas », regrette-t-elle. Le soutien de ceux qui ont vraiment cru en elle lui a permis de démarrer, d'avancer et de convaincre les incrédules par ses actions. Mais la réticence de son père lui a été encore plus difficile à supporter.

« Pour mon père, ce sont les études ou rien. Il n’était pas question de concilier études et entrepreneuriat. Mais grâce soit rendue à Dieu. Aujourd'hui, il est fier de moi et me soutient entièrement ». Aussi, travailler,  sur fonds propres, n'a jamais été aisé. « Des fois, l’on a envie de faire plus, mais les moyens font défaut », explique Eulodie. 

Des prix qui l’encouragent à poursuivre son combat

Dynamique et déterminée à aller de l'avant, Eulodie Hodonou ne recule devant rien. Quand elle a une idée en tête, elle n'abandonne jamais. Elle aime le travail bien fait empreint d’une touche d'innovation.  Lauréate du prix de la Meilleure Startup Made in Bénin 2018 et double distinction de l'Organe Consultatif de la Jeunesse (OCJ) pour son leadership à la tête de son organisation et des activités pour la Jeunesse en 2018, elle a été aussi finaliste du Concours ''Get in the ring Cotonou 2019''. Meilleure lauréate de Benibiz/Technoserve, elle a été nominée ''Meilleur Entrepreneur Femme'' en juillet 2019.

En 2020, elle a été Jeune Leader du Bénin de la Fondation allemande Friedrich Ebert (FES) ; lauréate du Concours internationale femmes inspirantes ioires de l’ONG Africa Mondo dirigée par Mélina Seymour ; puis alumni de la Fondation allemande Konrad Adenauer Côte-d’Ivoire pour ses études de Master en Production Végétale.

En termes de perspectives, elle a plusieurs projets pour le développement de sa communauté et la promotion des femmes agricoles.  « Aux jeunes filles et aux femmes, il ne faut jamais baisser les bras si l’on veut vraiment réussir. La route du succès est parsemée d'embûches. C'est à force de travailler en se faisant respecter qu'on y arrive. Nous sommes actrices de nos succès et du développement de nos pays », conseille-t-elle à celles qui aspirent à l’entrepreneuriat.

Sa force, sa détermination et son désir d'aller plus loin, elle le doit à Dieu. En entrepreneuriat, Eulodie a beaucoup gagné. Tout d'abord, une visibilité pour Wap/Glessi et elle-même, des acquis professionnels, des trophées et bien d’autres opportunités.

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...