POLITIQUE

Présidentielle au Bénin: les propositions du duo Kohoué-Agossa concernant l’Etat de droit

( words)

Le duo Kohoué-Agossa entend redorer le blason du Bénin relativement à l’Etat de droit, la démocratie et aux libertés publiques une fois installé à la Marina.

« Faisons un état des lieux, depuis 2016 au Bénin. Sommes-nous toujours dans un Etat de droit et de libertés ? La réponse est naturellement NON ! Peuple béninois, nous avons perdu le liant, le ciment de notre démocratie qu’est le consensus national. Notre consensus et notre Etat de droit ont ainsi cédé place à l’arbitraire, l’intimidation, l’exclusion, avec pour corollaires des exils forcés, des peines d’emprisonnement au terme de fallacieux procès et même tout récemment des kidnappings en pleine circulation. Triste démocratie….

Nous vivons désormais au Bénin une terrible crise de confiance non seulement entre acteurs politiques mais également entre populations. Dans un tel environnement de méfiance nationale, comment irons-nous vers un dialogue inclusif si tant réclamé ? Notre solution est qu’il nous faut aller à la réconciliation ; oui le mot n’est pas trop fort et ne s’utilise pas qu’après des crépitements de fusils et de mitraillettes ; Que Dieu et les mânes de nos ancêtres nous en préservent !

La Réconciliation est aussi nécessaire après de graves crises de confiance comme celle que nous vivons actuellement dans le pays. Nous nous engageons à faire retrouver à notre démocratie une vitalité à travers un mandat de transition au cours duquel nous corrigerons les textes et lois polémiques dans un esprit de consensus et de vérité.

LIRE AUSSI: Bénin : retour des exilés et libération des prisonniers, Agossa promet une d’amnistie

En élaborant notre projet de société sur plusieurs axes fondamentaux, nous avons fait de l’axe numéro 1 « Etat de droit, Démocratie et Paix » le socle de notre gouvernance ; car tout projet de développement durable d’une nation prospère tient sa source dans la fondation d’un Etat de droit, d’une démocratie consensuelle et d’une paix durable.

Il est impératif pour nous d’œuvrer à dissiper les malentendus, dégeler les ilots de tensions, établir des passerelles, tisser des liens sociaux de qualité afin de créer un climat social et politique calme et apaisé. A cet égard, nos mesures clés ou engagements prioritaires

– Gracier tous les détenus politiques

– Motiver le retour au bercail des exilés politiques

– Dédommager les victimes des violences des forces de l’ordre et de défense de 2019

– Convoquer en 2022 une Conférence Nationale de Restauration (CNR)

Cette conférence sera une version améliorée de 1990. Elle devra permettre aux acteurs que nous sommes de nous parler à nouveau et d’aplanir les divergences pour remettre le Bénin en orbite pour son rayonnement au concert des nations.

– Organiser une élection référendaire en 2022 par ce référendum constitutionnel, le peuple souverain sera consulté pour adhérer ou non aux résolutions qui sortiront des assises de la CNR 2022, en l’occurrence les modifications constitutionnelles contenues dans la nouvelle Loi, une Constitution modifiée ou une nouvelle Constitution, symbole de la confiance restaurée. Le peuple béninois retrouvera alors son rôle de seul détenteur de la souveraineté.

Organiser les élections générales en 2023 

En 2023, nous appellerons les compatriotes béninoises et béninois aux urnes pour élire leurs représentants dans les gouvernements locaux ou collectivités locales, leurs représentants à l’Assemblée Nationale et leur(s) dirigeant(s) au sommet de l’Etat. Nous rendrons le tablier après l’organisation des élections générales inclusives, libres et transparentes que nous proposons et qui permettra de mettre en place un Parlement réellement représentatif de la volonté du peuple souverain, cœur de toute démocratie.

Peuple béninois, vous détenez l’arme fatale qui fait trembler tout politicien : LA VOIE DES URNES ! Le vote, Oui l’heure est venue pour la majorité silencieuse de faire usage de son arme fatale que dis-je de son droit pour mettre fin à tout ça ! Le vote et non la rue ! Oui nous sommes capables de répondre au gouvernement de la Rupture en disant NON dans les urnes à sa politique d’exclusion et OUI à une confiance politique retrouvée pour panser nos plaies de ces 5 dernières années.

Camarades de l’opposition ; unissons nos forces ! Et disons non à tout jamais à la confiscation des libertés démocratiques chèrement acquises ! ».

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...