POLITIQUE

''Démission'' à la CRIET: Patrice Talon s’interroge sur les motivations du juge Batamoussi

( words)

Le chef de l’Etat béninois, Patrice Talon, s’est interrogé vendredi 30 avril 2021 sur les motivations de la démission du juge Essowé Batamoussi de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET).

b

Patrice Talon, chef de l'Etat béninois

Patrice Talon, pas du tout ému par la démission du magistrat Essowé Batamoussi. Juge siégeant à la commission des libertés et de la détention près la CRIET, le magistrat Essowé Batamoussi a quitté ses fonctions début avril 2021 et a quitté le Bénin. Dans un entretien à RFI le 5 avril, il a fait des déclarations fracassantes. « Le juge que je suis, n'est pas indépendant. Toutes les décisions que nous avons été amenées à prendre, l'ont été sous pression, y compris celle qui a vu le placement de madame Reckya Madougou en détention », a déclaré le juge.

« Ça vous étonne ça ? », a réagi Patrice Talon dans un entretien le 30 avril 2021 à RFI et France 24. Pour le président béninois, la démission du juge et ses déclarations qui ont suivies ne devraient surprendre dans le contexte politique du Bénin.

Le juge a fait ses déclarations dans un contexte politique très tendu marqué par le rejet de la candidature à la présidentielle d’avril 2021 de plusieurs figures de l’opposition dite radicale et la mise en détention de l’une d’elle Reckya Madougou pour « financement du terrorisme ». La candidate recalée du parti ''Les Démocrates'' de l’ex-président Boni Yayi est accusé d’avoir financé un projet visant à éliminer de manière physique deux personnalités influentes de la ville de Parakou en vue de créer des troubles et psychose pour empêcher la tenue de la présidentielle du 11 avril 2021.

« Quand il y a des manœuvres du genre où des personnes sont capables d’amener de l’argent dans l’arène politique pour organiser des troubles, des assassinats, est-ce qu’il leur est difficile de débaucher un juge ? Ou n’importe qui ? Un ministre ou une telle personnalité à leur cause moyennant ? Est-ce que ce n’est pas quelque chose qui ne se fait pas ailleurs ? », s’est exprimé Patrice Talon.

Des gens armés arrêtés au domicile du juge

Le président béninois, dans son interview s’est interrogé sur les réelles motivations de la démission du juge Essowé Batamoussi. « Est-ce que c’est parce que déçu par le fonctionnement de la CRIET où il était, il a démissionné et il est parti et il est devenu un rebelle armé en amenant des mercenaires ou bien il a été enrôlé dans une cause qu’il l’a amené à démissionner et a fait cette déclaration mensongère ? Et puis la suite est ce qu’on a vu à son domicile ? », s’est interrogé Patrice Talon.

 

Car, a rappelé le président béninois, « ce même juge dont on parle, (…) quand les violences ont commencé et que les chasseurs ont été recrutés au Bénin, dans les pays voisins et armés, 17 de ces gens-là ont été découverts à son domicile et les images existent. Ça a été publiée où on a pris des gens armés dans son domicile ».  

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...