POLITIQUE

Viol collectif de 8 femmes en Afrique du Sud : le ministre de la Police appelé à la démission après des propos déplacés

( words)

En Afrique du sud, le parti d’opposition Alliance Démocratique a demandé, mardi 9 août 2022, la démission du ministre de la Police après ses propos envers une victime de viol collectif.

bheki-cele-ministre-sud-africainDémission du ministre de la Police, Bheki Cele exigé en Afrique du Sud

Les tensions se poursuivent en Afrique du Sud. Le premier parti d’opposition, Alliance Démocratique en Afrique du Sud a exigé la démission du ministre de la Police, Bheki Cele. Le média français, RFI rapporte que le ministre a tenu des propos ‘’déplacés’’ à l’endroit de l’une des victimes des viols collectifs qui se sont produits dans la ville de Krugersdorp fin juillet 2022. Selon le ministre, Bheki Cele, la victime avait eu de la « chance » d’avoir été violée par un seul.

Vers la fin du mois de juillet, huit femmes ont été violées lors du tournage d’un clip vidéo. Ces femmes étaient des figurantes sur le tournage. Le drame a eu lieu près d’une ancienne mine dans la ville Krugersdorp à une trentaine de kilomètres de Johannesburg. Des mineurs clandestins cagoulés sont entrés dans le local du tournage et ont procédé à un viol collectif sur 8 femmes.

 À cette occasion, une enquête a été ouverte. Pour les militants du parti Alliance Démocratique, l’affaire devrait être résolue si la police faisait correctement son travail. Ils insistent pour que la police trouve des solutions concernant la crise des tests ADN. « Ce blocage des tests ADN est un déni de justice pour toutes les femmes qui se présentent devant ses portes pour porter plainte », a indiqué Siviwe Gwarube, porte-parole du parti.

Certains partis politiques ont profité de la journée du mardi 9 août 2022 (férié en Afrique du sud pour commémorer la marche des 20000 femmes à Pretoria en 1956) pour manifester contre les violences sexuelles et sexistes qui minent leur pays ces derniers temps.


 

A lire aussi ...