SECURITE-HUMAINE

Gouvernance inclusive et ODD: l’Ong WSM et CNV-INT travaillent à l’implication de la société civile

( words)

L’Ong We Social Movements (WSM) a organisé vendredi 23 juillet 2021 une séance d’échanges et de réflexion pour définir des stratégies de relations Etats-Organisations de la Société civile pour une gouvernance inclusive.

Bart Verstraeten Bart Verstraeten

Les acteurs de la société civile veulent apporter leur contribution au développement durable. Ils réfléchissent aux stratégies de relation à adopter face aux Etats pour une gouvernance inclusive. L’Ong We Social Movements (WSM) en collaboration avec CNV-INT et Inspir-Bénin ont permis aux acteurs de la société civile et les partenaires techniques et financiers d’échanger et réfléchir sur les mécanismes possibles pour une gouvernance inclusive. C’était à travers un atelier régional qui a eu lieu vendredi 23 juillet 2021 en présentielle à Cotonou et en visioconférence. Les échanges ont tourné autour du thème: « La gouvernance inclusive pour le développement durable : réaffirmer le rôle de la société civile, y inclus les syndicats ».

Trois objectifs ont été définis pour les participants à cet atelier régional. Il a été question, en premier lieu de partager les conclusions de la récente étude réalisée par l’Institut belge de recherche sur le travail et la société (HIVA). Ensuite, les participants devraient en évidence le rôle de la société civile pour le développement durable. Enfin, ils ont été invités à illustrer ce rôle de la société civile par les actions concrètes menées par le Bureau conseiller de projet-Afrique (BCPA) et les organisations partenaires au Bénin et en Afrique de l’Ouest. Les conclusions de l’étude ont été présentées par le directeur général de WSM, Bart Verstraeten.

Importance et rôle de la société civile

Selon le directeur général de WSM, la société civile doit retrouver sa place aux côtés des acteurs étatiques et économiques. Car, pour lui, elle fait partie des acteurs clefs qui participent à l’atteinte des Objectifs du développement durable (ODD). Le responsable précise qu’il s’agit d’une société civile dans son sens large. « La société civile doit inclure, non seulement les Ong, mais aussi les syndicats, les mouvements mutualistes, les congrégations religieuses et autres entités militantes pour des actions sociales », a-t-il fait comprendre. Bart Verstraeten a également expliqué que chacune des composantes de la société civile doit s’impliquer dans les prises de décisions.

« Elles sont également appelées à dialoguer, négocier et s’impliquer activement dans le choix que la société est sensée faire et dans le sens de la justice sociale, du développement durable ou conformément à l’agenda 20-30 », a indiqué le directeur général de WSM. En ce qui concerne la relation entre acteurs étatiques, économiques et société civile, l’étude réalisée propose des « dialogues institutionalisés ». Ils permettront aux acteurs clefs de la société civile « d’interagir de manière effective et structurelle ».

Le coordonnateur continental de WSM, Uzziel Twagilimana a souligné que ces travaux auront également pour finalité de faire des plaidoyers pour la mise en place des cadres institutionnels et législatifs visant l’extension des droits à la protection sociales et au travail décent. Cet atelier a réuni les participants du Bénin, du Mali, du Burkina Faso, de la Guinée, du Togo, du Sénégal et de la Mauritanie en plus des représentants de l’Agence Belge de développement.

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...