VIE-STARS

The Bachelor : Joël Williams se dit « premier déçu » de n'avoir choisi aucune des 20 femmes

( words)

Joël Williams, principal acteur de la téléréalité The Bachelor a expliqué pourquoi il n’a pu choisir l’une des 20 candidates. Le célèbre célibataire se dit « être le premier déçu ».

the-bachelor-afrique-joel-williams-riane-stephanelleJoël Williams

Joël Williams explique son choix de rester encore célibataire. Invité de l’émission « Les cœurs des femmes » de Canal+ Elles, le principal acteur de la téléréalité The Bachelor a justifié sa décision. D’abord le célibataire se dit déçu de cette aventure qui n’a pas porté ses fruits. « Je pense être le premier déçu. J’aurais bien voulu que ça se passe autrement », a-t-il déclaré.

Joël Williams a estimé qu’il ne devait pas faire un choix juste pour quitter son statut de célibataire mais construire une relation sur la durée. « Après c’est un engagement qui est fort. C’est quelque chose d’important. Ce n’est pas un acte qu’on va poser comme ça juste pour se faire plaisir », a-t-il justifié. Il a ajouté qu’avoir évité aussi une déception et critique des téléspectateurs contre sa personne.

« Les gens seraient plus déçus que j’aurais dit bye bye à la lauréate que j’aurais choisi juste à trois mois après que de repartir seul et de construire quelque chose de mieux après », a expliqué le célèbre célibataire.

Aucune aventure avec Nadia

Le Bachelor n’a pas eu d’aventure avec aucune des candidates, même pas avec Nadia. Joël Williams a affirmé lors de l’émission n’avoir eu aucune relation avec la candidate nigérienne. « Je n’ai eu aucune aventure avec aucune d’entre elles, même pas avec Nadia. C’est vrai que les gens n’y croient pas parce qu’ils se disent comme ils ont dormi dans les mêmes chambres, il s’est passé quelque chose. Mais de son côté comme du mien, on sait très bien qu’il ne s’est jamais rien passé », a-t-il clarifié.

Il a expliqué que les rapprochements que les gens ont vus, font partie, non seulement de l’émission mais de montrer cette partie tendre. « On n’est pas dans l’exagération », a-t-il conclu. 

A lire aussi ...