ECONOMIE

Douanes béninoises : Marcellin Laourou parle des éléments de la belle performance du Bénin

( words)

Le représentant du personnel des douanes du Bénin, Marcellin Laourou a exposé mercredi 27 janvier 2021 sur Canal 3 Bénin les éléments justificatifs de la performance des douanes béninoises malgré le Covid-19 et la fermeture des frontières. 

 

marcellin-laourou

Marcellin Laourou 

 

Les douanes béninoises ont fait de belles performances au cours de l’année 2020. Malgré la fermeture des frontières nigérianes et la pandémie de Covid-19 qui constituent des chocs exogènes, les douanes béninoises ont réalisé de belles performances. Les prévisions, apprend on, sont atteintes et même dépassées par endroits ». Ce résultat obtenu n’est pas tombé  du ciel. Selon Marcellin Laourou, représentant du personnel des douanes du Bénin, ces belles performances enregistrées par les douanes béninoises sont davantage liées aux réformes entreprises dans le secteur et surtout à la valeur « éthique » qui y est installée.

En ce qui concerne les réformes le secteur des douanes, Marcellin Laourou pense qu’elles ont été d’une importance pour l’atteinte des objectifs. « Si on a pu faire ça malgré la fermeture des frontières et la Covid-19, il faut être honnête, c’est grâce aux réformes. Sans les réformes, on ne pouvait même pas faire le tiers de ce qui a été fait », a-t-il indiqué. Il a expliqué que les institutions internationales n’ont jamais pensé que le Bénin pouvait atteindre les prévisions de l’année 2020.  « Mais au finish, on a pu atteindre et dépasser », a souligné le point focal permanent organisations mondiales des douanes au Bénin.

En raison du Covid-19, les douanes sont allées à l’automatisation et l’informatisation. « Je peux dire aujourd’hui qu’au Bénin l’administration des douanes est la plus informatisée. On est informatisée à plus de 98%. Et ça fait partie des choses qui nous ont permis d’atteindre nos résultats », a fait savoir Marcellin Laourou. Il ajoute que « c’est un ensemble d’éléments conjugués qui ont permis d’atteindre ce résultat  sous le leadership du directeur général des douanes et droits indirects le docteur Charles Inoussa Saka ».

L’éthique douanière

Selon Marcelin Laourou, l’éthique n’est pas un mot abstrait à la douane. Pour lui, « l’éthique est un ensemble d’attitudes qui favorise un comportement et des pratiques de travail honnêtes et intègres ». Il se veut d’être honnête. « Ce n’est pas parce que je suis agent des douanes que je vais dire qu’il n’y  pas des ripoux dans nos rangs. Quand il y a des réformes, si vous êtes dans un contexte qui ne vous permet plus de faire certaines choses, vous ne devez que respecter l’éthique », a-t-il indiqué. Le commandant des douanes apprend que l’éthique est d’ailleurs la consigne de l’Organisation mondiale des douanes. Et elle dispose de plusieurs avantages, surtout après tout ce qui était dit sur les fonctionnaires des douanes.

« L’éthique permet de redorer le blason de la douane, gagner la confiance de notre employeur. Ça permet même d’augmenter les recettes parce que si tu n’observes pas une certaine éthique, au lieu de travailler pour l’Etat, tu travailles pour toi-même, je crois qu’on ne peut pas atteindre ce résultat », a-t-laissé entendre. Le point focal ajoute que l’éthique favorise même « le commerce international, l’investissement privé et mieux, et permet aussi de garantir la sécurité et la sûreté ». C’est pourquoi, a-t-il rappelé, l’Organisation mondiale des douanes a mis l’éthique au cœur de la douane.

Marcellin Laourou indique que les performances réalisées sont également d’œuvre des dirigeants notamment du président Patrice Talon et du ministre des finances Romuald Wadagni qui ont insufflé cette dynamique de réformes dans le secteur des douanes.

 

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...