ECONOMIE

Corruption au Togo : Bolloré versera plus de 7 milliards CFA au trésor français

( words)

Vincent Bolloré et son groupe qui ont reconnu être coupables de fait de corruption au Togo vont verser des millions d’euros au trésor public français en attendant que la décision de leur procès ne soit approuvée.

 

vincent-bollore-corruption-togo-tresor-francaisVincent Bolloré

Vincent Bolloré dans de beaux draps. Devant le tribunal judiciaire de Paris vendredi 26 février, le milliardaire français a admis les faits de corruption entretenue par le Groupe Bolloré au Togo.

Dans l’espoir de s’éviter un procès et d’un classement rapide du dossier en France, Vincent Bolloré a répondu « oui, madame la présidente!» en reconnaissance des faits mis à sa charge devant la présidente du tribunal Isabelle Prévost-Deprez qui lui a lu le chef d’accusation.

L’homme d’affaire français qui écrase la concurrence dans les ports d’Afrique francophone n’était pas seul à passer aux aveux. Avec lui, Gilles Alix, directeur général du groupe Bolloré et Jean-Philippe Dorent, directeur international de l'agence Havas, filiale de Bolloré ont accepté une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) une sorte de "plaider-coupable" à la française pour se tirer d’affaires en payant juste une amende de 375 000 euros.

A l'audience, ils ont admis avoir utilisé les activités de conseil politique de la filiale Havas pour rafler les contrats de gestion des ports de Lomé, au Togo, et de Conakry, en Guinée par le truchement d’une autre de ses filiales, SDV devenue Bolloré Africa Logistics. Des juges d’instruction ont établi que le magnat des médias et son groupe avaient payé 370 000 euros de dépenses de communication au profit de la réélection du président togolais Faure Gnassingbé, afin d’obtenir des contrats et avantages fiscaux sur le port de Lomé.

12 millions d'euros en attendant

A leur grande surprise, Vincent Bolloré et son groupe vont devoir s’expliquer dans un procès. C’est du moins ce que souhaite la juge du tribunal judiciaire de Paris. Selon le tribunal les faits reprochés avaient « gravement porté atteinte à l’ordre public économique » et « porté atteinte à la souveraineté du Togo ».

Ce rebondissement judiciaire va coûter cher au groupe Bolloré. En attendant qu’un magistrat ne décide d’ordonner le procès demandé, Bolloré et son groupe vont verser 12 millions d'euros (7 846 453 359 F CFA) au trésor public français. Sur ce, apprend France 24, le Groupe Bolloré s’est déjà engagé à honorer cette exigence sous dix jours.

Selon des informations du médias français, à cette amende s'ajoute le provisionnement de 4 millions d'euros (2 615 484 453 F CFA) pour assumer le coût d'un programme de mise en conformité aux règles de l'agence française anticorruption (AFA), qui réalisera un suivi pendant deux ans, selon les termes de la CJIP.

Pour rappel, fin 2013 une information judiciaire a été ouverte contre la holding du milliardaire français pour "corruption d'agent public étranger, abus de confiance et complicité d'abus de confiance" commis entre 2009 et 2011.

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...