ECONOMIE

Bénin: Gisèle Ouinsavi devient Docteure en Économie coopérative

( words)

Gisèle Ouinsavi est devenue, jeudi 25 mars 2021, Docteure en économie coopérative. C’est à l’issue de sa soutenance de thèse à l’Institut supérieur panafricain d’économie coopérative (ISPEC) à Cotonou.

b

« Mutuelles de santé et bien-être social des populations rurales béninoises : Perception et déterminants ». Tel est l’intitulé de la thèse soutenue à l’Institut supérieur panafricain d’économie coopérative (ISPEC) de Cotonou par Gisèle Ouinsavi.

Pendant plus de deux heures de présentation, l’impétrante a exposé les résultats de ses travaux de recherche au jury présidé par le Professeur Dénis Acclassato et composé des Professeurs Edgard Marius Ouendo (Bénin), Attakè Esso-Hanam (Togo), Adward Tafah Edokat (Cameroun). Ses travaux ont été réalisés sous la direction du Professeur Gauthier Biaou.

Devant le jury, l’impétrante a montré le rôle des mutuelles de santé dans l’accès aux soins en milieu rural au Bénin. La problématique du sujet de recherche de Gisèle Ouinsavi a porté sur les implications de ces mutuelles dans le bien-être des populations en général et celles vivant en milieu rural au Bénin en particulier.

Les mutuelles de santé, une solution en milieu rural  

L’étude réalisée par Gisèle Ouinsavi a pris en compte trois communes du Bénin à savoir : Bembèrèkè (nord-Bénin), Ouèssè (centre-Bénin), et Zakpota (sud-Bénin). 303 personnes ont été prises en compte soit 34,98% de femmes et 65,02% d’hommes. La plupart des enquêtés se retrouvent dans la tranche d’âge de 31 à 50 ans. Elle est suivie de ceux dont l’âge est compris entre 18 et 30 ans.

Les résultats de ses travaux montrent qu’avant l’implantation d’une mutuelle de santé, un travail de sensibilisation des populations est fait afin d’amener ces dernières à s’approprier les principes et le fonctionnement de la mutuelle. « Cette action préliminaire est facilitée par plusieurs canaux de communication dont le plus important est le ‘’bouche à l’oreille’’», écrit l’impétrante.

Les mutualistes reconnaissent que ni les pesanteurs culturelles, ni les pesanteurs religieuses n’influencent l’adhésion à la mutuelle de santé. « La majorité (au moins 92%) des personnes enquêtées l’ont exprimé. Aussi, faudrait-il noter que la majorité des personnes enquêtées ont bien apprécié les conditions d’adhésion ainsi que les services offerts par les mutuelles de santé », révèlent les résultats des travaux de recherche.

Selon Gisèle Ouinsavi, ses travaux de recherche apportent au gouvernement béninois les mécanismes d’une meilleure couverture sanitaire. « Nous pensons que le gouvernement peut l'exploiter dans la réalisation de l'Assurance pour le renforcement du capital humain (ARCH). Les mutuelles de santé auront un véritable rôle dans la réussite de ce projet », assure-t-elle.

Satisfaction du jury

Selon le Professeur Edgard Marius Ouendo, rapporteur général du jury, le sujet de thèse est d’actualité et évoque une question cruciale qui reste l’accès aux soins en milieu rural. L’universitaire souligne que cette thèse a été bien écrite et qu’elle montre que les populations sont imprégnées des effets des mutuelles de santé.

Plus d’une trentaine de minutes de pause après la présentation de Gisèle Ouinsavi, le jury fait son retour dans la salle de soutenance dans l'après-midi du jeudi 25 mars 2021. Il est 15 heures 10 minutes. La voix du professeur Dénis Acclassato est solennelle : « Le jury, à l’issue des délibérations, a décidé de vous élever au grade de Docteure en économie coopérative avec la Mention Très Honorable ». Par ces mots du président du jury, l’impétrante entre désormais dans le cercle fermé des Docteurs en économie coopérative.

Satisfaite de la délibération du jury, Gisèle Ouinsavi a remercié son directeur de thèse pour l’encadrement. Elle confie qu’aux termes de ses travaux de recherche, elle a constaté que les mutuelles de santé constituent un dispositif indispensable pour améliorer l'accès des populations vivant en milieu rural aux services de santé au Bénin.

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...