POLITIQUE

Prorogation du mandat de Patrice Talon: Joël Aïvo réclame un débat contradictoire

( words)

Le professeur Joël Aïvo s’oppose à la prorogation du mandat du président Patrice Talon. A Godomey samedi 26 décembre 2020 dans le cadre de son "dialogue itinérant", l'universitaire devenu opposant politique reclame un débat contradictoire sur la question. 

joel aivo

Au Bénin, la constitution révisée proroge le mandat du président Patrice Talon. La constitution du 11 février 1990, révisée en novembre 2019, dispose en son article 153-3, alinéa 4 que « l’élection du président de la République est organisée le deuxième dimanche du mois d’avril ». La même disposition prévoit que « (…) le président de la République, élu entre en fonction et prête serment le quatrième dimanche du mois de mai ».

Le quatrième dimanche du mois de mai 2021 tombe sur le 23 mai, soit près de 50 jours après le 06 avril, date à laquelle Patrice Talon avait prêté serment en 2016. Et Joël Aïvo n’est pas d’accord pour cette prorogation du mandat présidentiel par l’Assemblée nationale. « Nous n’accepterons jamais, qu’une Assemblée nationale, dans le dos du peuple béninois, décide d’accorder par une révision de la constitution 45 jours au président Talon », a-t-il déclaré samedi 26 décembre 2020 à Godomey.  

Le constitutionnaliste devenu opposant politique à Patrice Talon a clamé sa disponibilité à débattre du sujet avec le meilleur juriste, chevronné sur les questions constitutionnelles de la majorité présidentielle. « Je suis prêt à débattre modestement pour que plus jamais il n’arrive dans la tête d’un homme de croire que, par une révision constitutionnelle habile, l’on peut voler au peuple quelques jours de plus au pouvoir », a-t-il insisté. Pour le professeur, il ne s’agit pas d’une question politique, mais technique.

« 5 ans, c’est 5ans. 5 ans, ce n’est pas 5 ans plus 45 jours », a lâché le professeur qui estime qu’il faut que le peuple dise «non» au risque d’ouvrir la boîte à Pandore.

« Si nous ne disons pas non aujourd’hui, demain une Assemblée serait capable d’accorder un an, 2 ans, 5 ans de plus à un chef d‘Etat qui a été élu pour un mandat et qui va enfin s’imposer à nous au-delà du mandat qu’on lui a donné », a-t-il fait comprendre. Pour lui, la fonction du président de la République de Patrice Talon prend fin la 6 avril 2021. « A partir du 5 avril à minuit, le président Talon n’a ni légitimité ni légalité. Il n’a plus la puissance et l’énergie que le peuple lui a données », a martelé Joël Aïvo qui ne cache plus sa volonté de succéder au président Patrice Talon eb avril 2021.

Interpellé sur la question début novembre, Alain Orounla, porte-parole du gouvernement, avait justifié la prorogation de mandat du président Patrice. Le ministre de la Communication a expliqué que cette situation était la « conséquence de l’alignement des mandats ». Il a indiqué que dans le cadre de l’alignement des mandats, celui des députés qui seront élus en 2023 a été raccourci. Le ministre pense que « six semaines de plus ou de moins ne vont pas changer le destin du Bénin ».

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...